Lutter contre la grillure estivale de l'asperge

Sommaire

La grillure estivale de l’asperge, également appelée « stemphyliose de l’asperge », est avec la rouille l'une des principales maladies de ce légume. Elle sévit surtout dans la vallée de la Loire et le Sud-Ouest, alors que la rouille prédomine dans le Sud-Est. Pouvant détruire complètement le feuillage estival des asperges infestées, elle compromet alors fortement la récolte suivante.

Voici comment lutter contre la grillure estivale de l'asperge.

Zoom sur la grillure estivale de l’asperge

La grillure estivale de l'asperge est une maladie cryptogamique due à Stemphylium vesicarium, tout comme la stemphyliose du poirier.

Description de la maladie

Au départ, la maladie est très discrète : elle commence par l’infestation des jeunes pousses à leur sortie de terre vers avril-mai.

  • Des petites ponctuations noires apparaissent alors sur les écailles sèches de la base des turions (jeunes pousses).
  • À partir de ces ponctuations, se forment vers juin-juillet, sur les tiges et leurs rameaux, des petites taches plus ou moins arrondies ou oblongues. De couleur blanchâtre à l’intérieur, elles sont bordées de brun.
  • Si le temps est humide, ces taches s’étendent rapidement recouvrant toutes les parties aériennes.Les petits rameaux sèchent et tombent. Les plants atteints paraissent grillés.

Ces symptômes apparaissent souvent groupés en foyers de plants infectés.

Cycle biologique

Le cycle de développement chez l'asperge est identique à celui de la stemphyliose du poirier. Stemphylium vesicarium passe l’hiver sous forme de périthèces (amas de mycélium) présents sur des restes de plants contaminés durant l’année et tombés au sol.

Au printemps, dès que les températures sont suffisantes (10 à 15 °C) et par temps humide, les ascospores libèrent de nouveaux filaments mycéliens qui vont contaminer de nouvelles pousses.

Bon à savoir : ce processus peut se poursuivre en été lorsque les conditions climatiques sont favorables.

Ce nouveau mycélium libère un nouveau type de spores, les conidies, qui peuvent être dispersées plus loin par le vent. Ce sont elles qui provoquent l’extension de la maladie.

Conditions de développement

Pour démarrer, cette maladie a besoin d’une atmosphère humide et d'une température environnante supérieure à 15 °C.

Son développement ultérieur est favorisé, entre 15 et 25 °C, après un épisode humide de plus de 10 heures consécutives.

Exemples : brouillards prolongés, rosées importantes, bord de rivière, microclimat très humide…

En phase de dispersion, la germination des conidies est très rapide : de 2 à 3 heures et jusqu’à 50 % en 1 heure.

Dégâts

Les dégâts portent sur les récoltes. Ils peuvent être soit immédiats – en réduisant fortement la production d’asperges vertes –, soit différés à la récolte suivante – avec un potentiel fortement réduit (jusqu’à 25 % de perte de rendement). En effet, de fortes attaques détruisent les organes aériens qui « grillent », à la fin de l’été, et affaiblissant les racines à une période où elles se renforcent normalement pour préparer la prochaine pousse printanière d’asperges.

1. Prenez des mesures préventives contre la grillure estivale de l’asperge

Dans les régions où cette maladie est présente de façon endémique, vous avez tout intérêt à prendre quelques mesures préventives pour éviter des attaques.

Mesures culturales simples

Pour diminuer l’influence néfaste de l’humidité ambiante, installez vos lignes d’asperges dans le sens des vents dominants en veillant à les espacer suffisamment.

Privilégiez également un arrosage par goutte-à-goutte entre les lignes de plants plutôt que par aspersion.

Conseil : cultivez des variétés moins sensibles à la maladie ; renseignez-vous auprès de professionnels locaux avant tout achat de « griffes ».

Traitements préventifs

En cas de présence de grillure de l'asperge l’année précédente, sur votre culture ou dans les alentours proches, et si les conditions climatiques vous paraissent particulièrement menaçantes, vous pouvez envisager un traitement préventif avec un antifongique systémique non spécifique mais homologué pour cette culture, dès la sortie des premiers turions.

Bon à savoir : les traitements préventifs de la grillure de l’asperge ont également une action protectrice contre la rouille.

Le traitement est à répéter 10 à 14 jours après en cas de conditions particulièrement favorables au développement de la maladie.

Important : parmi les traitements phytosanitaires, on peut citer Nativo® ou Physalis® de Bayer, Signum® de BASF… Ces produits pouvant impacter l’environnement et affecter la santé des utilisateurs, il est impératif de respecter scrupuleusement les conditions très précises de leur applications (doses, nombre d’application, délais d’attente, éloignement minimum de cours d’eau ou d’autres cultures…).

L’emploi de bouillies cupriques, toléré en agriculture biologique, n’a qu’une efficacité relative et uniquement en tout début d’attaque.

Important : des utilisations trop répétées de produit cuprique peuvent entraîner une accumulation excessive et potentiellement néfaste de cuivre dans le sol.

2. Diagnostiquez la grillure estivale de l'asperge

Le diagnostic n’est pas facile au tout début. Cependant, de discrets points noirs sur les turions qui sortent de terre sont les premiers symptômes d'une attaque.

La présence, plus tard, de taches elliptiques blanchâtres entourées de brun et mesurant de 2 à 3 mm au début sur des portions de tige, puis leur expansion sur l’ensemble des tiges et rameaux d’un pied d’asperge atteint viendront confirmer le diagnostic.

Remarque : lorsque des signes de grillure sont installés dans un rang de fanes d’asperges, il n’est même plus besoin de s’approcher pour reconnaître cette maladie.

3. Luttez contre la grillure estivale de l’asperge

Si les asperges sont destinées à votre consommation personnelle, il vaut mieux, en cas d’attaque primaire, supprimer les quelques turions symptomatiques et accepter une certaine diminution de votre production plutôt que d’instaurer un traitement avec des fongicides.

  • En cas de présence de la maladie bien établie sur les parties ariennes, éradiquez les tiges des pieds présentant des symptômes en les coupant au ras du sol.
  • Puis brûlez-les afin d'éviter l’expansion de la maladie ou du moins la ralentir fortement.
  • En fin de saison, brûlez toutes les fanes présentes afin qu’il ne reste aucun débris de culture susceptible de constituer un inoculum au printemps suivant.

Ces pros peuvent vous aider